Archives pour l'étiquette silicium organique

Ortie prêle et silicium organique !

tisane d'ortie pour reminéraliser l'organisme - riche en silicium organique
tisane d’ortie pour reminéraliser l’organisme – riche en silicium organique

Les plantes riches en silicium organique sont au nombre de 3 : prêle , ortie et bambou.

La Prêle, également connue sous le nom de prêle des champs est une espèce végétale primitive et très résistante. La prêle pousse d’ailleurs très facilement dans les terrains vagues ou sur le bord des routes, preuve que la prêle est résistante. La Prêle est l’une des sources les plus riches du règne végétal en silice. C’est d’ailleurs une plante connue comme une super-herbe.

La contenance de Silice dans la prêle contribue à renforcer les os et à rendre la peau plus souple.

C’est le collagène, la substance qui donne à la peau son élasticité, qui contient de la silice ou plus exactement du silicium.

Les herboristes utilisent aujourd’hui la prêle le plus souvent pour traiter des infections des voies urinaires, des calculs rénaux, et l’hyperplasie bénigne de la prostate. Ce sont les allégations médicinales utilisées en phytothérapie.

Mais la prêle est très riche en silicium organique sous forme d’acide silicique, ce qui en fait en fait une plante reminéralisante extraordinaire.

La prêle est aussi utlisée pour soulager l’oedème, l’arthrose et l’ostéoporose.

La Prêle est enfin, un antioxydant efficace.

Une étude clinique réalisée en 2010 a montré que l’extrait de prêle, ou la teinture mère de prêle, pourraient être considérés comme des antioxydants naturels. L’étude, publiée dans le Journal of Medicinal Food, a montré les effets anti-radicalaires de l’extrait de prêle.

La Silice contenue dans la prêle est aussi utile pour l’ostéoporose.

L’Université du Maryland Medical School rapporte une étude médicale réalisée en Italie impliquant la prêle pour traiter l’ostéoporose. Dans l’étude, 122 femmes ont pris soit de la poudre de prêle ou de la poudre de prêle et du calcium en association. Les 122 femmes ont connu une augmentation de la densité osseuse qu’elles aient pris de la prele ou de la prele et du calcium.

La prêle peut améliorer la densité osseuse.

Il existe un parallèle évident entre le silicium organique et la calcium.
Les aliments riches en silice sont notamment les peaux des tomates et des concombres. Les plantes riches en silice comprennent la prêle, la paille d’avoine, l’ortie, et la luzerne.

Ces plantes peuvent être mélangées et mises dans un thé ou une tisane en versant de l’eau bouillante sur elles et en leur permettant d’infuser pendant quelques minutes. Trois tasses de tisane de silice fournit une source riche en silicium idéale pour la minéralisation.
On peut faire une analogie pour les autres plantes contenant des concentrations importantes de silicium organique, comme l’ortie.

L’ortie est d’ailleurs souvent associée à la prêle pour aider à soulager les articulations, les tendons douloureux ou tout simplement nourrir des cheveux ternes, des ongles cassants ou pour retrouver une peau plus souple et mieux hydratée.

Silice Ortie Biofloral BIO 1 litre

silice ortie biofloral bio sur www.mondebio.com
silice ortie biofloral bio sur www.mondebio.com

Le silicium de l’ortie est un oligo-élément important pour les articulations.

 

Présentation de l’Ortie :

 

Quand on parle d’Ortie, on pense souvent à la mauvaise herbe qui pousse le long des chemins et ou dans les champs et qui nous donne des allergies de contact quand on s’en approche. L’ortie a vraiment cette connotation de mauvaise herbe.

Ses propriétés médicinales sont tout autres, et permettent de reminéraliser l’organisme en apportant une multitude d’oligo-éléments.

Au même titre que la Prêle et le Bambou, dont on utilise l’exsudat, l’Ortie renferme beaucoup de silice sous forme d’acide silicique ou d’acide orthosilicique. C’est la forme la plus naturelle et la plus disponible en l’état naturel car cette molécule est dite organique. La silice organique ou plus exactement le silicium organique est beaucoup mieux assimilé que le silicium minéral sous forme de SiO2, qui n’est pas du tout assimilée car inerte.

C’est pour cette raison que le produit Ortie silice, des laboratoires Biofloral, utilise un extrait bio d’ortie afin d’apporter du silicium organique.

C’est d’ailleurs la première silice naturelle hautement bio-disponible certifiée bio AB par Ecocert.

 

Le rôle du silicium :

Le silicium fait partie intégrante de nombreux organes de notre corps et cette découverte est somme toute récente, avec l’aide des nouvelles méthodes d’analyse biochimique.

Le silicium est en concentration importante dans le corps, de l’ordre en moyenne de 5 à 7 grammes de silicium, mais cette concentration diminue avec l’âge.

Servant d’élément de soutien majeur de tous les tissus qui doivent être portés, on noteune concentration importante dans les organes très sollicités lors de la locomotion, comme la peau, les tendons, les cartilages et les os.

Sa présence dans l’organisme aide à la fixation du calcium au niveau osseux, et contribue à la souplesse des articulations. Mais on trouve également le silicium au sein des phanères – cheveux, ongles et peau. Une carence en silicium est souvent diffuse et peu généralisée, mais va toucher certains organes en particulier, on note souvent une peau terne, des pertes de cheveux, des ongles cassants, des tendons douloureux ainsi que des articulations sensibles souvent localisées au niveau des membres inférieurs ou du dos.

Le silicium se trouve dans l’alimentation mais l’alimentation moderne trop industrialisée est souvent carencée en oligo-éléments et en vitamines et une supplémentation est souvent systématique après 50 ans afin d’éviter toute carence qui pourrait porter préjudice.

Les besoins quotidiens estimés pour cet oligo-élément indispensable, reconnu comme essentiel, augmentent avec l’âge : un apport régulier de silicium organique tiré de l’Ortie contribue à ralentir les effets du vieillissement, permet de conserver vitalité, jeunesse et bien-être.

 

Durée nécessaire d’utilisation de la silice organique :

 

Le silicium doit être consommé d’une façon journalière et sur de longues périodes.

Cela est dû au fait que le silicium n’est jamais stocké et qu’il rentre dans des métabolismes complexes qui durent sur plusieurs mois, par exemple le renouvellement du cartilage est un processus très lent et qui met en œuvre des cellules productrices de la trame cartilagineuse, appelés chondrocytes qui sont longues à maturer. Un apport alimentaire de silicium va influencer à la hausse la formation de chondrocytes mais ce phénomène d’auto-stimulation prend plusieurs mois.

C’est le principe de la supplémentation ortho-moléculaire qui consiste à apporter des actifs vitaminiques, mineraux ou nutritionnels afin d’orienter positivement le métabolisme.

 

Complément alimentaire : Biofloral Silice Ortie Bio 1 litre, disponible sur www.mondebio.com.

Les différentes phases de l’Arthrose !

cartilage_glucosamine_condroitine_silicium_organiqueLes phénomènes articulaires sont complexes et lorsque l’on commence à avoir 50 ans, il n’est pas rare de commencer à souffrir d’articulations douloureuses ou de tendons endoloris lorsque le mauvais temps s’installe et que l’humidité persiste.

L’arthrose est à différencier du vieillissement articulaire.

Le vieillissement articulaire est un phénomène malheureusement normal qui évolue avec l’âge et qui amincit les structures cartilagineuses qui deviennent plus fragiles et moins fonctionnelles. Il n’y a généralement pas d’inflammation localisée.

L’arthrose ou l’arthrite, car il y en fait très peu de différences entre les 2, d’ailleurs dans le monde anglo-saxon, on parle d’arthrite au sens large et le terme arthrose n’existe pas ;

L’arthrose est une dégénérescence du cartilage articulaire sous l’effet de phénomènes inflammatoires qui vont détruire petit à petit les structures cartilagineuses.

Il existe 2 phases dans l’évolution de l’arthrose,

La première phase est appelée la phase réactionnelle où il y a une prolifération des chondrocytes, les cellules qui produisent la matrice cartilagineuse. Sous l’effet d’un stress souvent d’origine mécanique, les tissus articulaires essaient de réparer les lésions inflammatoires.

La 2 ème phase est appelée la phase de dégénérescence, au cours de laquelle, les chondrocytes vont réduire en nombre, vont même se nécroser et libérer des enzymes qui vont entretenir l’inflammation installée.

On parle alors de chondrocytes arthrosiques. Les chondrocytes normalement fonctionnels pour réparer et alimenter un cartilage dit normal, vont changer complétement de rôle et vont sécréter des enzymes qui vont aider à détruire les tissus déjà inflammées.

Le collagène de type II, les proteoglycanes et la matrice en elle -même sont attaqués par les enzymes.

L’apparition de la phase inflammatoire est presque irréversible, car une fois que les trames de collagène et de glycoaminoglycanes commencent à être détruites, il y a un auto-phénomène d’amplification qui va augmenter l’intensité de la destruction.

 

Il est donc important de prévenir l’apparition des inflammations cartilagineuses. Il y a 3 actions à mettre en place afin d’aider à prévenir l’apparition de l’arthrose :

La première action de soulager la pression mécanique appliquée à l’articulation.

Les sports violents, les activités où il y a des chocs répétitifs comme la course à pied,  le squash ou le tennis, ainsi que le surpoids sont des éléments perturbateurs qui vont aider à provoquer des inflammations articulaires, à partir d’un certain âge.

Il est préférable de faire de la marche à pied, du vélo ou de la natation qui vont mobiliser les articulations d’une façon plus progressive et beaucoup plus bénéfique pour les entretenir.

La 2 ème action est de conserver sa souplesse :

par des exercices de Yoga et d’assouplissements. Une série d’exercices de gymnastique douce va permettre de mobiliser les articulations douloureuses, tout en activant la circulation environnante, ce qui va améliorer sur le long terme la reconstruction du cartilage.

Le cartilage a un processus de renouvellement assez long, de l’ordre d’une année. Il est donc impératif de faire ces exercices sur le long terme.

 

La 3 ème action est de corriger son alimentation :

L’alimentation est souvent à l’origine des foyers inflammatoires de l’organisme, ce sont plutôt les carences alimentaires et les déséquilibres qui vont entretenir les processus inflammatoires.

Une alimentation pauvre en légumes et en fruits va déséquilibrer la balance acido-basique du corps et une acidose va entretenir les phénomènes inflammatoires. De plus les flavonoïdes naturels, la vitamine C et la vitamine E ainsi que de nombreux oligo-éléments participent aux réactions métaboliques et aident à contrer les processus inflammatoires.

Il faut également nourrir ses articulations, les articulations ont besoin de proteines essentielles, de collagène de type 2 pour entretenir les fibres de collagène, de glucosamine et de chondroitine pour entretenir les chaines de glycoaminoglycanes, ainsi que du Silicium et du soufre pour assurer les ponts entre chaque chaine de microfibrille au sein de la matrice cartilagineuse.

Le grand principe  « Nous sommes ce que nous mangeons » est parfaitement vrai dans ce cas, car l’alimentation industrielle moderne a éliminé par souci marketing, tous les éléments nutritifs essentiels qui ne sont pas inscrits sur les emballages en réduisant leur action aux seuls glucides, protéines et lipides.

Mais la farine raffinée pour être sûr d’avoir le pain blanc a éliminé les fibres des couches extérieures des graines qui contiennent justement le silicium.

Les graisses alimentaires sont des graisses saturées afin de conserver les qualités organoleptiques du produit sur un plus long terme, car les acides gras insaturés risquent de s’oxyder rapidement et de dénaturer l’aspect qualitatif du produit. Les graisses saturées non seulement vont faire prendre du poids et vont déséquilibrer le ratio oméga 6/oméga 3 qui devrait être égal à 2 ou à 3.  Nous consommons trop d’acides gras oméga 6 et d’acides gras saturés, et pas assez d’oméga 3.

Il est donc important de se supplémenter en Glucosamine, en chondroitine, en Silicium organique et en oméga 3, par exemple à partir de l’huile de Krill qui apporte des acides gras insaturés très biodisponibles , dont l’activité inflammatoire articulaire a été démontrée.